ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ADMINISTRATIONS FISCALES OUEST-AFRICAINES : Pour un renforcement de la coopération en matière de gouvernance fiscale

Après l’atelier de formation sur «l’harmonisation fiscale» en août 2016, à Accra, au Ghana, Dakar a abrité la onzième Assemblée générale du Forum des Administrations fiscales ouest-africaines (FAFOA). En effet, «l’échange optimal d’expériences et de bonnes pratiques en matière d’administration de l’impôt», fait partie des clauses fondatrices de l’association. C’est du moins ce qui ressort de l’Accord portant création de FAFOA .


La onzième Assemblée générale du Forum des Administrations fiscales ouest-africaines (FAFOA) s’est tenue, hier, à Dakar. Une communion des différents pays membres autour d’une table de partage d’expérience en matière d’administration fiscale. Ceci contribue, au-delà de l’harmonisation des pratiques fiscales, au renforcement des capacités de nos administrations.
L’avis est du Secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan qui a présidé la cérémonie d’ouverture.
«C’est le contexte de nos pays africains qui fait que le rôle est important dans la mobilisation des ressources publiques pour le financement du développement», a notifié Cheikh Tidiane Diop. Selon lui, la participation active de la DGID du Sénégal au sein du Forum des administrations fis- cales ouest-africaines témoigne de l’intérêt et du soutien du ministère de tutelle.
Ledit ministère va prendre toutes les dispositions pour renforcer notre participation au FAFOA qui constitue un cadre d’échanges profitables à l’ensemble de nos administrations fiscales.
A l’en croire, «la promotion des services aux contribuables comme outil de mobilisation des recettes domestiques», par ailleurs thème choisi pour la onzième édition, est, donc, une opportunité pour les administrations fiscales ouest-africaines de renforcer leur coopération et leur gouvernance fiscale par le biais, notamment d’une meilleure qualité de service rendu aux usagers.
Ce, dans un contexte où nos administrations fiscales ont initié d’importantes mesures de modernisation pour améliorer leur offre de services et la mobilisation des ressources fiscales.
«Ce double enjeu de l’amélioration de l’offre de services et de la mobilisation des ressources ré- pond à la nécessité de délivrer aux citoyens des services de qualité mais aussi de relever le ni- veau de mobilisation des ressources fiscales qui constituent dans le contexte de nos Etats l’une des principales sources de financement des politiques publiques. A cet effet, nos administrations fiscales, en particulier, devraient fonder leurs procédures et pratiques sur les principes d’égalité à l’accès du service public, de continuité, d’efficacité et de transparence», renseigne le Secrétaire général.
Le Sénégal s’est inscrit depuis plus d’une décennie dans une stratégie de modernisation de la gestion de ses finances publiques en général et de l’administration fiscale en particulier avec notamment une réforme des structures et une mise à jour des textes fiscaux pour une meilleure administration de l’impôt. Ce qui a un impact positif sur le consentement par le citoyen au paiement de ces obligations fiscales.
Aussi, informe M. Diop, pour opérationnaliser cette stratégie, la DGID s’est dotée d’un plan de développement stratégique articulé à un contrat de performance qui l’engage sur un certain nombre de résultats au rang desquels l’amélioration de la qualité des services rendus aux usagers figure en priorité. Ainsi, le renforcement de la culture administrative a permis de placer la satisfaction de l’usager du service public au cœur des préoccupations et des améliorations notoires ont été enregistrées dans les relations entre administrations fiscales et contribuables avec des performances réelles en matière de mobilisation des ressources publiques.
Jeudi 29 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :