APRÈS COUPS DE FEU, COUPS DE POING ET AUTRES INSANITÉS : L’Apr de Mbacké solde ses comptes devant le Tribunal


APRÈS COUPS DE FEU, COUPS DE POING ET AUTRES INSANITÉS : L’Apr de Mbacké solde ses comptes devant le Tribunal
S’il y a un parti qui devrait revoir ses copies, c’est bien l’Apr à Mbacké. Suite à l’humiliante défaite subie lors du référendum, les Apéristes de l’agglomération développent désormais une hostilité intestine, au moment où leur leader national, le Président Macky Sall, appelle à la remobilisation des troupes et à la pacification des relations. 
Après les coups de feu de veille de référendum et les coups de poing post-défaite, voilà que les dissensions atterrissent devant le tribunal. Omar N'diaye Angloma a en effet reçu une ou…plutôt deux sommations interpellatives. L’une provient de Gallo Bâ qu’il soupçonne d’avoir  détourné une somme de 45 millions destinée à la campagne et l’autre, effective dans les prochaines heures, est le fait de la Cojer, dont Moussa Sarr le porte-parole s’est engagé à porter le combat. Angloma en a ri avant de déclarer que Gallo perdrait 100 élections sur 100 à cause de son impopularité…
 
LES ACCUSATIONS
Chargé de mission à la présidence, Omar N'diaye Angloma ne recule pas. Ses accusations, déjà relayées par la presse, sont graves. Au téléphone de Dakaractu, il explique : « Gallo Bâ a reçu du comité électoral une somme de 3 millions. Moustapha Cissé Lô lui a donné 2 millions. Le Président de la République lui a, ensuite, remis 10 millions même s’il avait, d’emblée, déclaré avoir reçu 5 millions avant de se rétracter, sous la pression, et prendre sur lui la responsabilité de donner les autres 5 millions aux chefs religieux mécontents. C’est ensuite qu’il a avoué avoir par devers lui une somme de 30 millions pour les besoins de la campagne. Vous faites le calcul, cela fait la bagatelle de 45 millions. Nous lui demandons de dire où il a mis tout cet argent. J’ai reçu sa sommation interpellative et j’en profite pour dire que je maintiens l’intégralité de mes propos. Je dis aussi que sur 100 élections, il perdra les 100 parce qu’il est impopulaire. Il se glorifie d’être sorti de l’ENAM. Nous sommes d’accord, mais nous savons aussi que son père était enseignant là-bas. Nous n’insinuons rien, mais nous voulons juste lui demander d’arrêter son show car dans cette école, les meilleurs ne sont pas sortis inspecteurs du trésor. Sa plainte ne me fait pas peur. Nous nous adossons sur des preuves tangibles! » 
Angloma s’attaquera à la Cojer de Mbacké qui n’en est pas une, selon lui. « C’est une bande de jeunes à qui il a trouvé du travail et qui sont acquis à sa cause. Jamais Thérèse Faye ou Abdou Mbow n’ont mis leurs pieds à Mbacké pour les installer. Nous ne les reconnaissons pas », a-t-il conclu.
 
LES PLAINTES
Dépité par les accusations d’Omar Ndiaye Angloma, Gallo Bâ (Directeur général de la Société de Gestion des Infrastructures publiques dans les Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose  (SOGIP – SA) ), qui ne voit pas en la personne du chargé de mission à la Présidence un alter ego, s’est limité à lui servir une sommation interpellative. La plainte a déjà atterri entre les mains du concerné ce vendredi aux environs de 11 heures. Une autre sommation suivra. Ce sera celle de la Cojer. Selon Moussa Sarr, porte-parole de la structure, c’est désormais  à la guerre comme à la guerre. « Il  nous a accusé, nous Cojer, et plus précisément Serigne Mbacké Faye, le coordinateur, d'avoir reçu de l’argent des mains du Président de la République. Il a aussi dit que ce dernier est en sursis à cause de cet argent détourné. On ne peut plus ignorant que lui. Cela se voit que nous avons à faire à un analphabète de première catégorie qui fait dans l’acharnement. De quel argent parle-t-il ? Voilà un chargé de mission sans mission qui cherche à faire chanter les gens. Il fait dans le lobbying avec d’autres connivents…Nous interpellons le Président de la République qui, à notre avis, lui a déjà remonté les bretelles. Nous lui demandons, néanmoins, de prendre des mesures pour arrêter cet homme. Il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales et tout le monde en est conscient. Il déstabilise le parti. Il a été, dans un récent passé, un charlatan. Aujourd’hui, le voilà en mercenaire politique qui cherche à réussir par tous les moyens. Nous l’amènerons devant la justice et il répondra de ses actes.
 
LE PARTI
Pendant que les Apéristes de M'backé se donnent rendez-vous devant le juge, leurs camarades de Touba se préparent à renforcer les rangs suivant un planning qui ne tardera pas à livrer ses secrets, confie un député de la cité religieuse... 
Vendredi 15 Avril 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :