AMADOU BÂ RELÈVE LES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES DU PSE


 Le Plan Sénégal émergent (PSE), mis en œuvre depuis deux ans, a permis au Sénégal d’atteindre une croissance de 6,5%, avec ’’des points de performances appréciables’’ sur le plan macro-économique, a soutenu, vendredi, à Dakar, le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ. 
 
Le Sénégal a atteint une croissance 6,5%, un taux tiré par l’agriculture et le secteur secondaire, a-t-il déclaré lors du "Point économique" organisé par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).
 
"Il y a des indicateurs-clés pour mesurer les progrès d’un pays et la communauté internationale s’accorde sur le critère dit +taux de croissance+", a fat observer Amadou Bâ.
 
Selon lui, "deux éléments-clés" sont à noter dans les progrès notés dans l’agriculture, la bonne pluviométrie et les mesures mises en œuvre par le gouvernement pour avoir "une production beaucoup plus importante". 
 
La réduction du déficit budgétaire "de 6,7 à 4,7% en 2015 et la rationalisation des dépenses publiques" constituent des éléments à partir desquels les performances économiques du Sénégal peuvent être mesurées, a-t-il par ailleurs fait valoir.
 
"Une chose est de dépenser et une autre chose est de mieux dépenser. Grâce aux efforts d’investissement importants, on a pu tirer la croissance vers le haut avec la création d’emplois", a soutenu Amadou Bâ, faisant état d’une "amélioration notable des comptes courants du pays". 
 
"Autant d’éléments reconnus par la communauté internationale et les agences de notation qui n’hésitent pas à dégrader les pays les plus puissants de ce monde", a souligné le ministre.
 
Aussi le Sénégal compte-t-il désormais selon lui parmi les économies "les plus résilientes et les plus fortes’’ du continent, avec des perspectives de croissance "les plus élevées en Afrique".
 
Les perspectives pour 2016 "sont également favorables avec les résultats des 5 premiers mois ‘marqués par une croissance moyenne de 6,4%, a poursuivi le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan.
.
Un résultat que le Sénégal n’a plus enregistré "depuis plus de 10 ans, puisque en général, sur les premiers trimestres, il y avait un taux de croissance très faible (3%)", si l’on en croit Amadou Bâ. 
 
"Les autres agrégats se portent très bien, comme la politique de mobilisation de ressources ou l’exécution des dépenses publiques, ainsi que les projets en cours d’exécution, de sorte qu’une croissance de plus de 6,6% est attendue à la fin de l’année", selon la DPEE. 
 
Mais "des risques ont été identifiées" au niveau international, l’évolution de l’économie mondiale pouvant impacter les progrès enregistrés, sans compter "les risques sécuritaires dans la sous-région, la fluctuation des monnaies’’, indique la DPEE.
 
"Ce sont des éléments sur lesquels le gouvernement est attentif, mais ce qui est important, c’est la mise en œuvre de politiques publiques soutenues et vigoureux pour accélérer le rythme de croissance", a souligné Amadou Bâ.
 
Sur ce plan, "des réponses très précises" seront apportées aux préoccupations du secteur privé, contenues dans un mémorandum soumis au gouvernement, a-t-il assuré.
 
Ce ’’Point économique’’ de la DPEE a réuni différents acteurs de la vie économique, dans le but d’apprécier "les premiers résultats" économiques du PSE.
Vendredi 15 Juillet 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :