AMADOU BA LORS DE LA RÉUNION AVEC LES PTF : « Nous allons vers une consultation plus régulière de l’IGE … Une publication régulière, par l'Ofnac, de son rapport…


Profitant de la réunion d’information et d’échange avec les Ptf, le ministre de l’économie des finances et du plan est revenu sur les résultats significatifs réalisés par le Sénégal au plan économique en s’octroyant le deuxième plus fort taux de croissance économique de l’espace de l’UEMOA, avec 6,5% en 2015 et 6,6% attendu en 2016. « La plupart des indicateurs sectoriels et intersectoriels le confirment éloquemment» dira-t-il, après avoir signifié qu’au vu des résultats macro économiques, « le Sénégal est bien engagé sur la trajectoire de l’émergence économique ». Amadou Bâ de préciser que «  le déficit budgétaire poursuit sa tendance baissière, en passant de 6,7% en 2011 à 4,2% en 2016, à la faveur de l’accélération de la croissance et de la rationalisation des dépenses publiques. A l’horizon de convergence fixé à 2019, le déficit public devrait être contenu dans la limite des 3% du PIB ».
Il en est de même avec les réformes qui ont fini de générer, selon lui, des performances « de plus en plus reconnues par les institutions internationales et confirmées à travers les classements de référence notamment : (i) Top 10 des meilleurs réformateurs au monde en 2015, (ii) Top 10 de l’Indice Mo Ibrahim sur la qualité de la gouvernance en Afrique en 2015, (iii) satisfecit du FMI, quant à la conduite de nos politiques publiques, etc… »
Il se résume ainsi : « l’objectif d’un taux de croissance annuel moyen de 7-8% est à notre portée, pourvu que les projets structurants et les réformes clés continuent à enregistrer des niveaux de réalisations satisfaisants ». Le ministre de laisser entendre que le Gouvernement reste attentif à la préservation et au renforcement de cette dynamique vertueuse afin que les fruits de la croissance soient redistribués de façon plus inclusive et équitable. « Une croissance réalisée par tous et pour tous ! ». Amadou Bâ expliquera, par ailleurs, que le régime Sall accorde une haute importance aux questions de bonne gouvernance, de transparence et de lutte contre le terrorisme et le blanchiment des capitaux.
« Avec l’application des dispositions du Code de transparence dans la gestion des finances publiques, les informations budgétaires sont publiées par les services compétents dès qu’elles sont disponibles. Les documents produits au cours du processus budgétaire sont disponibles sur les sites web du Ministère et de la Cour des Comptes ».
Il évoquera qu’au titre de l’exercice 2015, l’Inspection générale d’Etat (IGE) a publié son rapport sur l’état de la gouvernance administrative et la reddition des comptes, un exercice dorénavant inscrit dans l’agenda institutionnel.  Il poursuit : « faisant suite à celui de 2014 qui avait été présenté en juillet, le Rapport public de 2015, troisième du genre, fait mention de progrès observés depuis lors, en matière de gouvernance publique, particulièrement dans l’Administration centrale. Ceux- ci ont trait, notamment, à la consultation plus régulière de l’Inspection Générale d’Etat sur les textes administratifs en gestation, à la meilleure maîtrise du circuit d’adoption de ces textes et au renforcement du contrôle interne dans l’Administration ».
S’agissant de l’OFNAC, il est attendu, dira-t-il «  une publication régulière de son rapport. Son site web renseigne sur l’amélioration de la transparence dans la gestion des finances publiques. Le Gouvernement réaffirme donc son attachement aux principes de la bonne gouvernance et ne cesse de le démontrer à travers son architecture institutionnelle et son action. Le degré de transparence de la gestion finances publiques du Sénégal mesuré par « International Budget Partnership » dans le cadre de l’« Open Budget Survey Tracker » s’est nettement amélioré. En effet, la note de 10, attribuée en 2012, est passée à 43 en 2015 ».
En tant que partie prenante de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries extractives, le Sénégal publiera son premier rapport de conformité en Octobre 2016 et des dispositions sont en train d’être prises pour publier tous les contrats miniers,  a martelé Amadou Bâ.
Samedi 15 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :