AHMETH KHALIFA NIASS CONTRE SIDY LAMINE NIASS : Le marabout politicien accuse son frère d’apostat


AHMETH KHALIFA NIASS CONTRE SIDY LAMINE NIASS : Le marabout politicien accuse son frère d’apostat
Sur la question de son désamour avec son frère, il évacue tout de go, considérant ne pas voir les choses de la sorte. « J’aime mon frère, mais nous avons deux caractères différents. Dans la vie, il y a l’aigre et le doux. Il faut tout de même céder sa place à l’aigre parce que, sans l’un, l’autre n’aurait pas de sens. Je ne vois pas pourquoi on serait ennemis, tous les deux. Personne ne fait vivre l’autre et si on peut se passer, l’un de l’autre, pendant qu’on est vivant, mort, ce sera plus facile», a expliqué Ahmet Khalifa Niasse. Poursuivant, le leader du Front des alliances patriotiques (FAP) dira : « Je lui ai montré les voies à suivre et il a choisi son chemin après avoir grandi chez moi. Il s’en est allé en coupant toutes les amarres et c’est ce qui est considéré comme un apostat par Dieu. Celui qui coupe le cordon ombilical est un apostat. Il n’a même pas besoin de prier parce que sa prière ne sera pas exaucée. »
Sidy Lamine Niasse, patron du groupe Walfadjri, est pourtant le frère de même père et de même mère de ce dernier qui n’a pas «tari d’éloges à son endroit». Il ne sera cependant pas le seul à recevoir les vannes du marabout-politicien. En effet, l’invité de Seneweb estime que « le Président Macky Sall, ses prédécesseurs et ceux qui pensent pour lui sont dangereux pour le pays. »
« Ils mènent une politique coloniale qui est tout sauf nationaliste, plus favorable donc à l’expatrié français qu’aux paysans du Boundou ou du Saloum», crache-t-il à l’égard des tenants du régime.

Libération de Karim Wade, Cop 21

Un autre point phare touché par le sieur Niasse, le dossier Karim Wade. « L’art de réussir dans la vie est d’éviter les combats inutiles. Sur l’affaire Karim Wade, il s’agit d’un tintamarre qui a fait fuir les investisseurs en cascade. Aujourd’hui, personne ne veut investir au Sénégal. L’Etat n’a rien réussi, il n’a rien reçu bien qu’ayant beaucoup dépensé », dit-il.
Et d’ajouter : « L’économie est aujourd’hui un navire qui chavire, cela se voit du côté du vendeur de cacahuètes, les loyers impayables et même l’Etat qui cumule des arriérés jusqu’à deux ans. Tout ça s’explique par le fait que les autorités cultivent la violence verbale. C’est honteux dans un pays qui se respecte qu’un ancien Premier ministre (Aminata Touré ?) dise à la Justice ce qu’elle doit faire. On a là, une dame qui a une conduite ‘’Marshall’’ . »  
Sur la Cop 21, il ne tournera autour du pot pour assener ceci : « C’est drôle d’estimer que la pollution causée par l’homme commence par le gaz carbonique que nous expirons et que si rien n’est fait, c’est plus de 30% de l’espèce animale qui sera éliminé. C’est tout un montage car on ne parle pas de ce que les avions et les véhicules brûlent. »

Mariage par SMS

Dans l’entretien avec nos confrères, l’homme se définit toujours comme une référence dans le monde islamique, lui qui, après des études universitaires et post universitaires, a dispensé des cours jusqu’à la Mecque (Arabie Saoudite). Il reprécisera tout de même sa pensée sur le mariage par SMS. « Le mariage est un contrat sous-seing privé comme tous les autres », éclaire-t-il d’emblée. Il ne voit donc pas pour quelles raisons il ne saurait être noué par SMS. « Quand je fais allusion au message, je vise l’écrit rétractable tel qu’enseigné dans le plus long verset du Coran. Vous pouvez comprendre qu’avec l’histoire du Bataclan, les malfaiteurs avaient détruit leur téléphone et, pourtant, via le réseau, leurs messages ont été retracés à la lettre », mentionne Ahmeth Khalifa Niasse.

Son fils et le véhicule volé

La question du vol de véhicule auquel son fils a été mêlé n’est pas un règlement de comptes, selon lui. « Je n’ai de contentieux à régler avec personne, on ne cherche pas non plus à m’atteindre. Ce sont des faits et gestes qui peuvent arriver à Monsieur tout le monde. J’ai un grand nombre d’enfants, garçons comme filles, et c’est normal que des petits problèmes de ce genre arrivent », a-t-il relativisé. A l’en croire, il s’agit d’une personne lambda qui, séduit par un véhicule garé dans les garages à la sauvette, s’est permis de marchander le prix et demander les papiers avant de payer.
Ensuite, il a été fait état que la voiture était volée. Et même s’il dit soutenir la police qui risque sa vie pour notre sécurité, il dira que cette dernière n’est pas la loi et qu’en matière civile, on ne doit point embarquer les gens manu militari et les garder à vue. Aussi considère-t-il que la famille a le droit de porter plainte parce que les enfants du mis en cause ne peuvent comprendre les nuances. «On leur dira simplement que leur père a volé un véhicule et ils le prendront comme tel», se désole le leader du FAP
Mercredi 27 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :