AFFAIRE M'BAYANG DIOP : Les domestiques plaident la grâce

La grâce, de grâce ! C’est ce que réclament les domestiques pour leur compatriote Mbayang Diop qui est détenue dans une prison en Arabie saoudite après qu’elle aurait tué sa patronne à la suite d’une altercation. Elles étaient en sit-in, hier, à l’esplanade de la Grande Mosquée de Dakar.


AFFAIRE M'BAYANG DIOP : Les domestiques plaident la grâce
Arborant un tee-shirt à l’effigie de Mbayang Diop sur le-quel on peut lire «Je suis Mbayang Diop, je demande de la grâce», la dame Astou Ndiaye n’a pas la force de retenir ses larmes. Elle les laisse couler pour extérioriser le chagrin qui la tenaille. Malgré la chaleur impitoyable qui dicte sa loi, elle a tenu être présente à l’esplanade de la Grande Mosquée de Dakar pour marquer son soutien à celle qui est présentement détenue dans une prison en Arabie Saoudite suite à une altercation avec sa patronne dans la maison où elle était employée. Une altercation qui a abouti à la mort de cette dernière.
«Je ne peux pas imaginer que Mbayang Diop est incarcérée dans une prison où elle attendrait une mort atroce», dit Astou qui fond en sanglots. Avec son foulard qu’elle avait négligemment noué sur sa tête, elle essuie ses larmes, reprend sa force et déclare : «Nous demandons la grâce pour Mbayang Diop. Elle n’est pas une criminelle. Si elle a agi ainsi, c’est parce qu’elle ne savait pas à quel saint se vouer. Je la connais alors qu’elle n’était même pas encore majeure. Mbayang Diop est une femme dynamique, battante. C’est parce qu’elle veut gagner sa vie à la sueur de son front qu’elle a osé cette aventure qui, malheureusement, n’a pas été rose pour elle. Nous demandons pardon à la famille de la défunte», a-t-elle soutenu sur un ton très triste.
A l’instar d’Astou Ndiaye, nombreuses ont été les personnes qui ont envahi, hier, l’esplanade pour assister au sit-in organisé pour demander la clémence pour Mbayang Diop.
Parents, amis, sympathisant, autorités locales, traditionnelles, coutumières, religieuses, politiques syndicales et éducatives ont été tous là pour apporter leur soutien. Initiatrice de cette rencontre, Khady Faye, Secrétaire général de l’organisation des domestiques, a fait savoir qu’elles (les domestiques) ne ménageront aucun effort pour aider Mbayang Diop à recouvrer la liberté. Poursuivant, elle a dénoncé fermement cette forme de trafic des personnes qui, à son
avis, ne cesse d’engendrer des conséquences désastreuses et dont les véritables responsables sont ces trafiquants «sans honte ni morale».
Pour sa part, la Coalition des organisations féminines de lutte contre la traite des personnes et les pratiques déviantes au Sénégal a partagé vivement la douleur de la famille de Feue Madame Marwa, «la victime», et lui présente ses condoléances.
A rappeler que Mbayang Diop est âgée de 22 ans et elle est mère d’un enfant de 3 ans. Habitante à Yeumbeul Sud, quartier situé dans la banlieue de Dakar, elle est née dans une famille nombreuse avec ses frères et sœurs. Mbayang a pour parents un père de famille paralysé depuis très longtemps et une maman démunie et âgée.
Mardi 2 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :