ACCUSÉ DE VOL DANS UN APPARTEMENT A LA CITÉ ALIOU SOW : L’étudiant, A. Camara encourt 4 mois de prison de ferme

4 mois de prison ferme, c’est la peine qu’encourt l’étudiant A. Camara qui a comparu, hier, à la barre du tribunal de Grande instance de Dakar pour les faits de vol et coups et blessures volontaires.


ACCUSÉ DE VOL DANS UN APPARTEMENT A LA CITÉ ALIOU SOW : L’étudiant, A. Camara encourt 4 mois de prison de ferme
A.Camara est-il celui qui a visité l’appartement du couple Dioh, sis à la cité Aliou Sow de Golf Sud ? Le juge du tribunal de Grande instance de Dakar répondra à cette question le mercredi prochain date fixée pour le délibéré.
N’étant pas dans les secrets de Dieu, nous ne connaissons pas le verdict que prononcera le président des céans qui juge par intime conviction. Mais, au regard des éléments discutés à la barre, celui qui est poursuivi pour les faits de vol et de coups et blessures volontaires,
a peu de chance de s’en sortir.
En d’autres termes, les circonstances de son arrestation militent en sa défaveur. D’autant plus qu’il a été arrêté par le gardien de l’immeuble dans la chambre du couple alors qu’il tentait de prendre la clé des champs.
Pis, sa montre et son bracelet ont été également retrouvés dans la salle de bain de la ladite chambre au lendemain de son arrestation. Ce, au moment où le couple était en train de ranger sa chambre qui était en sens dessus dessous.
Partie civile dans cette affaire, les conjoints ont expliqué, devant la barre, que leur appartement a été visité alors qu’ils étaient partis à Mbour pour y passer le week-end. Le voleur s’est emparé des bijoux en or de la dame estimés à 1,280 million francs CFA, d’un chèque en blanc et des papiers administratifs.
Entendus par le juge, le gardien de l’immeuble a soutenu que les faits incriminés au prévenu ont eu lieu juste après la prière du «Timis».
A son retour de la mosquée, alors qu’il arpentait les escaliers pour aller au quatrième étage, il a entendu un bruit dans l’appartement du couple Dioh qui était en voyage dans la Petite Côte.
«Je suis entré pour voir ce qui s’y passait et je suis tombé net sur le prévenu qui m’a donné un coup de poing. Il a voulu me faire passer pour le voleur en criant au voleur mais comme les habitants de l’immeuble me connaissaient, il a été vite maitrisé. Les gens ont voulu le lyncher mais je l’ai sauvé en le conduisant à la police», a raconté le vigile de l’immeuble Mohamed Ndiaye.
Lequel s’est également constitué partie civile dans cette affaire pour coups et blessures volontaires. Ses explications ont été confortées par les témoins qui se sont succédé devant le prétoire.
Cependant, A. Camara a rejeté en bloc toutes les accusations portées sur sa personne. A l’en croire, il est victime dans cette affaire car, il n’a jamais mis les pieds dans cet immeuble encore moins dans l’appartement.
«J’ai été confondu avec un autre. Ce jour-là, j’étais à la cité pour voir ma grande sœur. Je devais voyager et elle devait me donner mon argent. J’ai été victime d’une agression de la part d’une foule déchainée», a raconté le prévenu. Avant d’ajouter : «Je suis issu d’une famille nantie. Mon père est un millionnaire, ma mère est une grande femme d’affaires. Je ne suis pas l’auteur de faits qui me sont reprochés.»
L’avocat des parties civiles a réclamé, en guise de dommages et intérêts, la somme de 2,5 millions de francs CFA soit 2 millions pour le couple Dioh et 500 mille francs CFA pour le gardien de l’immeuble. Le maitre des poursuites, après avoir fait la synthèse des circonstances dans lesquelles le mis en cause a été arrêté, a fait savoir que les faits de l’espèce ne souffrent d’aucune contestation. Il a, sur ces entrefaites, requis 1 an dont 4 mois ferme.
Le conseil de la défense a plaidé, à titre principal, la relaxe au bénéfice du doute et, subsidiairement, l’application bienveillante de la loi. Le tribunal édifiera les différentes parties le mercredi prochain.
Mardi 30 Août 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :