ABDOU KARIM SALL FACE A DAKARACTU : « Le Président viendra à Pikine la tête haute… Thimbo et moi travaillons ensemble… Idrissa fait beaucoup de bruit »


Dakaractu : S’il vous était donné de vous présenter ?

J’aurais du mal à me présenter. Je suis Abdou Karim Sall, je suis le coordinateur de la convergence des cadres républicains du département de Pkine, mais également le coordinateur de l’Apr au niveau de la commune de Mbao. Je suis, par ailleurs, le DG de l’Artp.
 
Il sera beaucoup question de conseil des ministres décentralisé. Avez-vous fini de mobiliser vos troupes ? 


Depuis plus de 15 jours, nous sommes à pied d’œuvre au niveau du département de Pikine pour réserver un accueil très chaleureux à son Excellence le Président Macky Sall . Ce sera la première fois, dans l’histoire du Sénégal,  qu’un chef d’Etat  organise un conseil des ministres dans la banlieue et plus précisément au département de Pikine. C’est la raison pour laquelle nous allons lui réserver un accueil de haute facture. Il a fait honneur à la banlieue, plus particulièrement au département de Pikine. Nous travaillons aujourd’hui la main dans la main en direction de l’arrivée du Président que nous allons accueillir ce mardi. Il traversera le département de Pikine de long en large. Il entrera par Dalifort et sortira par la commune de Mbao. Nous avons décidé de mobiliser toute la population de Mbao pour l’accueillir et l’accompagner  jusque dans le département de Rufisque.
 
Par conséquent, le Président est en droit de s’attendre à une forte mobilisation ?


Tout à fait, il le mérite. Le Président aime la banlieue autant que la banlieue aime le Président. Nous allons l’accueillir comme un roi.
 
Pikine est un département éminemment politique. Avez-vous tu les querelles qui vous ont opposé à Abdoulaye Thimbo ?


Vous savez, en politique, il ne manque pas des incompréhensions. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est l’arrivée du Président. Nous travaillons la main dans la main. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la réélection du président  Macky Sall. Ce qui nous attend, c’est aussi les élections locales qui pointent à l’horizon. Nous voulons donner une majorité écrasante à notre formation politique pour que le Président puisse passer haut la main l’échéance présidentielle de 2019.
 
L’opposition est bien présente à Pikine, m’a-t-on dit  ?


Il est vrai que lors des élections locales dernières, nous avions perdu 10 sur les 16 communes. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que nous étions partis en rangs dispersés. Nous en sommes conscients aujourd’hui. Il faut préciser que nous avons perdu les communes, mais pas sur le plan électoral ce que nous avions obtenu lors de l’élection présidentielle dernière. Ce qui s’est traduit par la perte de certaines communes que nous ne contrôlons pas aujourd’hui. Si on se fie aux résultats de manière numérique, nous pouvons dire que nous sommes majoritaires dans le département de Pikine comme nous l’avons toujours été. Maintenant, nous sommes conscients que ce qui nous attend, c’est la réélection du Président de la République. Nous allons taire nos ambitions personnelles, nos égo. Nous allons travailler dans la même direction. On ne peut pas dire qu’il n’existe pas d’opposition dans le département de Pikine. C’est ce qui fait, d’ailleurs, le charme de notre combat. Il faut qu’on dise que l’Apr est majoritaire. Cela est prouvé par le référendum dernier lors duquel nous avons remporté 15 sur les 16 communes, avec notamment la coalition Benno Bokk Yakaar avec laquelle nous avons travaillé.
 
La paix des braves est formalisée ou est-elle juste une ambition affichée ?

Je viens de rentrer d’une réunion que j’ai tenue avec le camarade Abdoulaye Thimbo, qui est un frère. Je viens de rentrer de Pikine où j’ai été avec lui au niveau de la mairie. Depuis le début, nous nous sommes consultés, concertés, à chaque fois qu’il faille prendre une décision. Cela va se poursuivre pendant et après l’arrivée du Président. Nous avons  décidé de travailler la main dans la main. C’est la voie qui permet d’arriver à notre objectif qui est réélire le président de la République.
 
Pour qu’il soit réélu, il faudra qu’il soit titulaire d’un bon bilan


La chose la plus simple, aujourd’hui,  c’est de prouver que le Président est en train de réaliser des choses à Pikine et au plan national. Je peux donner énormément d’exemples. Il faudrait savoir que la principale problématique de la banlieue était les inondations. Arrivé au pouvoir,  le Président a mis en place un plan décennal 2012- 2022 qui consiste à injecter plus de 700 milliards de fcfa pour juguler, de manière définitive les inondations qui sont devenue un vieux souvenir. La première phase a permis d’injecter plus de 70 milliards. L’année dernière, il a beaucoup plu, comparé aux années d’avant. Mais nous avons enregistré moins de mouvements de populations en direction des salles de classes. Ce qui veut dire que le Président de la République a mis en place des ouvrages capables de résoudre de manière définitive les inondations. C’est du concret. Vous pouvez aller à Djeddah Thiaroye Kaw,  Dalifort, Mbao, à Keur Mbaye Fall pour vous rendre compte que les infrastructures et les ouvrages ont été fait pour régler définitivement ce problème. La demande nationale a été d’ériger au Sénégal une arène nationale. La pose de la première pierre a été faite à Pikine. Et c’est un ouvrage qui permettra de régler de manière définitive cette lancinante question d’arène nationale. La couverture maladie universelle est une réalité. Les bourses sociales sont une réalité. Le Président viendra ici la tête haute. Il a mis en place, dans le cadre du Pse, des diapositifs qui lui ont permis de faire face aux problèmes des populations.
 
De quoi avez-vous besoin ?


La meilleure manière de demander c’est de reconnaitre déjà que le Président a fait beaucoup de choses pour le département de Pikine et particulièrement pour Mbao.  Il viendra ici pour procéder à la pose de la première pierre de cette infrastructure destinée aux femmes transformatrices. Je ne peux pas ne pas parler de l’action ô combien importante que le Président a faite en direction des pêcheurs. Il y a une subvention substantielle qui a été accordée pour acquérir des moteurs pour le bénéfice de ces braves citoyens qui sont toujours en mer à la recherche de quoi nourrir leurs familles. Sur ce, le Président a fait un geste éloquent. Et je pense que c’est le lieu de le saluer. Les populations ont fini de comprendre que le président à travers le plan Sénégal émergent  n’a qu’un seul objectif et  c'est de régler, de manière définitive, les problèmes des Sénégalais. Maintenant le Président comprend mieux les difficultés du département de Pikine et nous lui faisons entièrement confiance et'à l'issue du conseil des ministres, il fera des déclarations pour dire ce qu’il fera pour notre département.
 
Chez vous, il y a quand même beaucoup de chômeurs.


Vous savez, même aux États-Unis il y a des chômeurs. En France, il y a énormément de chômeurs. Le président de la République a fait beaucoup sur le plan de l'emploi des jeunes.
 
Avant Pikine, d’autres localités ont abrité ce conseil des ministres. Des milliards ont été promis. L’opposition dit que tout a été mirage
Si quelqu’un ne veut pas voir la lune on n’y peut absolument rien. C’est de l’invention. Je viens de rentrer du Fouta  et j'ai vu ce que le Président République a réalisé en terme d’infrastructures. Ce n’est pas de l’invention. Sur le plan de l’agriculture, des territoires sont en train d’être aménagés  pour l'autosuffisance en riz. Il y a énormément de pistes de production et de ponts qui vont permettre de désenclaver l’Ile Amorphil et les autres localités du Diéry. Le Président a lancé récemment le ‘’puma’’ pour désenclaver les territoires frontaliers et sur ce,  énormément de choses sont en train d'être faites. Le Président de la République, à travers le plan Sénégal émergent,  est en train de réaliser des choses qui étaient  dites dans son programme Yoonu Yokkuté au moment où il demandait les suffrages des Sénégalais.
 
Vous n’irez pas jusqu’à dire que Mbao n’a pas de doléances. Mbao n’est pas une fleur ?
Nous  avons énormément de doléances. Vous savez,  sur le plan des infrastructures,  il y a des attentes.  Le président à donné des instructions fermes pour réhabiliter le stade Alassane Djigo et ce sera la première fois qu'on ait, à Dakar,  un stade avec deux tribunes couvertes. Ce sont des choses que le président est en train de réaliser pour la jeunesse. Sur le plan des infrastructures, il y a la Promoville qu’il va lancer très prochainement. Il y a les prolongements de la VDN.  Le Président a beaucoup d'ambitions pour notre département. Ceux qui le disent, il faut les situer dans le camp de l’opposition.
 
Le protocole de Rebeuss et celui de Doha ?
Je vais décevoir vos attentes. Je ne m'attarderai pas sur le protocole de Rebeuss. Les gens en ont suffisamment parlé. Je ne m’attarderai sur la libération de Karim qui a été faite  à l'issue de la volonté du chef de l'État qui est le seul à avoir les prérogatives d'accorder la grâce à un citoyen Sénégalais.  Il n'est pas le premier.  Il ne sera pas le dernier.
 
Idrissa Seck , vous fait-il peur ?
Idrissa ne peut pas nous faire peur. En face de nous, si nous n’avons qu’Idrissa Seck, nous  dirons Dieu merci. L’Apr ne peut pas être comparée à un parti qui est en train de s’effriter, de voler en éclats.
 
C’est l’opposant le plus médiatisé ?
C’est l’opposant politique qui fait beaucoup plus de bruit ! Oui !
Votre bilan à la tête de l’ARTP ?
Je suis en train de faire mon boulot. Je suis en train de le faire avec beaucoup de rigueur, avec abnégation. Parce que le Président m’a fait honneur de me confier une structure aussi importante que l’ARTP.

La 4G n’est-elle pas une grosse arnaque avec cette puce qu’il faut acheter ?

Ce qu'il faut comprendre ce qu'il ne faut pas cracher sur des choses. Le  Président de la République avait promis la 4 G aux Sénégalais et les Sénégalais ont la 4G au même titre que les pays les plus développés en Afrique.  Les autres éléments sont des questions sur lesquelles on pourra revenir. L’Etat du Sénégal a réussi à sauvegarder l'intérêt des populations par rapport à cette opération. Nous avons vendu la 4G et le renouvellement de la concession à 100 milliards de francs FCFA. Ce qui  a constitué un élément important dans la loi rectificative des finances qui vient d’être votée par l'Assemblée nationale. Le reste, nous allons dérouler. Nous sommes en train de discuter avec les autres opérateurs pour que nous puissions y arriver comme on l’a fait avec Sonatel. 

La Sonatel, selon des informations, refuserait de payer

Je n’ai pas eu vent que la Sonatel a refusé de payer la dette. Nous avons deux choses. La première chose c’est une sanction pour une infraction commise par la Sonatel. Nous lui avons infligé une sanction correspondant à 13% de son chiffre d’affaires soit 13 milliards 959 francs Cfa. L’autre élément c’est que nous nous sommes rendus compte, à la suite des contrôles effectués sur les faisceaux hertziens, qu’il y avait un écart de l’ordre de 8 milliards 900 pour Sonatel et de 6 milliards pour Tigo. Nous avons adressé une facture supplémentaire et le recouvrement se fera...
 
 
 
 
Mardi 19 Juillet 2016
Dakaractu




1.Posté par APR le 19/07/2016 10:15
futur premier ministre de la banlieu dakaroise.

2.Posté par BELLE GUINEENE le 19/07/2016 15:07
BELLE GUINEENE AVEC UNE JOLIE FORME REUYE TATE MON FCBK CEST SIRENE DOUCE APPELEZ VITE AU 77 833 70 89 POUR MOMENT DE DETENTE

3.Posté par Anonyme le 19/07/2016 17:00
Monsieur Sall, responsable APR à M'bao, aurait-il un programme pour l'aménagement des deux marigots de grand M'bao/mer qui devraient être réaménager ? Quid des 7 milliards de la Banque mondiale dont les libéraux ( Djibo Ka alors ministre de l'environnement) nous avait parlés ? Monsieur Abdou Karim Sall ne doit pas se faire d'illusions sur grand M'bao, les habitants ne le soutiendront pas pour ses beaux yeux si tant est qu'il en a !

4.Posté par Mairame le 20/07/2016 00:15
Vous avez parfaitement raison Mr le dg le departmen de pikine la commune de mbao réservera un accueil tré chaleureuse sont excellence Mr président de la république tous mbao derrière son leader Mr abdou Karim Sall



Dans la même rubrique :