ABASS JABER : "Je reste au Sénégal parce que je suis sénégalais!"


ABASS JABER : "Je reste au Sénégal parce que je suis sénégalais!"
Le président du Conseil d’administration du Groupe Suneor Abbas Jaber a déclaré, après la séparation à l’amiable entre l’Etat du Sénégal et sa société, qu’il allait rester au Sénégal en tant que patriote pour explorer d’autres filiales dans le domaine agroalimentaire.
’’Je ne quitte pas le Sénégal et je le dis haut et fort à tous les Sénégalais. Je reste au Sénégal parce que je suis Sénégalais’’, a dit M. Jaber au sortir d’une audience avec le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne sur les conditions de cette séparation à l’amiable.
L’Etat a décidé de se séparer de SUNEOR, en vue de jeter les bases d’une nouvelle politique de restructuration de la culture arachidière, a déclaré le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan Amadou Ba qui a pris part à cette audience avec le chef du gouvernement.
’’Nous avons d’autres filiales dans le pays que nous continuons à développer. Je serais à la disposition des autorités gouvernementales pour leur donner ma petite expérience pendant ces dix dernières années pendant lesquelles j’ai dirigé Suneor’’, a déclaré Abbas Jaber.
Né au Sénégal en juin 1958 d’une famille libanaise installée depuis plusieurs décennies dans le pays, Abbas Jaber se dit ‘’fier’’ de travailler pour son pays. ‘’Je suis fier de rendre à l’Etat ce qu’il m’avait confié. Pendant une dizaine d’années, l’Etat m’a confié une entreprise extrêmement difficile à gérer’’, a-t-il confié.
’’Je suis fier d’une chose : entre 2005 et 2015, depuis 10 ans, à l’époque où personne ne croyait à l’arachide dont la culture même au Sénégal risquait d’être abandonnée, moi j’y ai cru. Quelque part dans ce petit échec, je suis fier d’avoir donné à l’arachide ses lettres de noblesses au Sénégal’’, a poursuivi M. Jaber, d’habitude très avare en propos à l’endroit de la presse.
Dans ce compagnonnage de 10 ans, Abbas Jaber ne préfère retenir que les choses positives. ‘’La chose positive pour moi est d’avoir cru en l’arachide, alors qu’en 2002-2003, plus personne n’y croyait parce que les cours mondiaux pour l’arachide étaient des plus bas’’, a-t-il relevé.
Il a salué les modalités de cette séparation qui ne sont ‘’ni brutales ni conflictuelles’’. C’est une séparation ’’dans l’intérêt de Suneor et dans l’intérêt du Sénégal’’, s’est il félicité.
Mardi 27 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :