A quand la vérité sur Thiaroye – 1er décembre 1944 ?


A quand la vérité sur Thiaroye – 1er décembre 1944 ?
Cela fera bientôt sept (07) décennies que la question reste sans le moindre éclairage. Il s’agit du massacre perpétué par la puissance coloniale française en cette aube du 1er décembre 1944 dans le camp militaire de Thiaroye en banlieue dakaroise.
 
Si nous rappelons les faits en eux-mêmes, c’est incontestablement parce qu’aucun élément nouveau ne se dessine à l’horizon depuis si longtemps pour éclairer objectivement et totalement nos consciences d’Africains de cet ensemble administratif colonial mis en place par le colonisateur français sur cet espace appelé « AOF ».
 
Certes, le Président de la République française lui-même est passé à Dakar il y a de cela quelques temps pour mieux peaufiner avec nos responsables étatiques les axes de son intervention contre le Mali, république sœur du Sénégal. Et en la circonstance, le chef tout puissant de l’Elysée avait annoncé en grande pompe, le retour des archives qui sont objectivement les nôtres et que Paris a, à l’époque, préféré transférer de Dakar.
 
A la date d’aujourd’hui, aucun écho sur le moindre début d’exécution de cet engagement de l’Elysée. Peut être que le contexte global ne s’y prête pas présentement. Mais, nous,  africains de l’ancienne AOF avons bien des raisons d’exiger une exécution effective et sans tarder.
 
De quoi s’agit – il ?
 
Les mitrailleuses coloniales françaises ont fauché, en cette aube du 1er décembre 1944, des tirailleurs sénégalais, sur cette terre d’Afrique même. Combien de personnes ont été victimes de ces balles du colonisateur ? Des chiffres ridicules au regard des immenses moyens déployés ont été publiés comme «  morts et blessés »
 
Ce qui est certain, c’est qu’en période coloniale, le mensonge de tout occupant est de rigueur pour mieux cacher son forfait réel en toute circonstance. Le terme de fourberie coloniale n’est pas de trop à propos de cette question car encerclés de toutes parts avec des chars venus de Saint-Louis, de Thiès et de Dakar, surpris en plein sommeil, ces tirailleurs Sénégalais seraient particulièrement chanceux  le terme n’est pas de trop pour n’être que 24 à tomber sous les coups de canon et de mitrailleuses français sur un total de 1200 (mille deux cent).
 
Ce chiffre des tués est bien ridicule mais la logique coloniale de l’époque ne se gène pas de l’avancer et de s’agripper à cela depuis si longtemps.
 
Si le colonisateur a solidement défendu sa logique, qu’elle est, nous de l’ancienne AOF (Afrique Occidentale française) colonisés par la France, notre action pour faire une réelle lumière sur ce massacre de Thiaroye, en ce 1er décembre 1944 ? Certes, de grands hommes comme Sembène Ousmane par « Camp de Thiaroye » ont cherché par le cinéma, à faire parler objectivement l’histoire.  Ce film a fait plein les salles de cinéma où il était projeté à l’époque. Ceci n’a pas duré car directement et indirectement l’ancien colonisateur était encore bien puissant à Dakar pour, à sa manière,  imposer le silence autour de la question. Et on peut affirmer que depuis lors, la situation n’a pas connu de changement dans la mesure où le silence continue à être de rigueur de nos jours.
 
Certes quelques tentatives ont été développées ça et là par des personnalités ou des associations du genre de l’Association Sénégalaise d’Histoire et de Géographie.
 
Un Sénégalais de grande envergure historien bien connu dans ce pays comme également à l’étranger en l’occurrence le Professeur Iba Der THAIM avait pris l’initiative, il y a de cela quelques années, d’une action pour faire parler la terre du Camp militaire de Thiaroye à propos des faits réels de cette aube de sang. La directrice de l’Apix, à l’époque Madame NIANE avait même reçu une délégation conduite par Monsieur THIAM lui-même. La modeste personne qui est l’auteur de ces lignes,  membre de cette commission a aussi fait partie de  cette délégation.
 
Les résultats de cette rencontre avaient été très prometteurs pour qu’avant tout passage de l’autoroute à péage  sur le Camp de Thiaroye, il était bien retenu que des fouilles archéologiques seraient préalablement menées sur la zone de passage. Il s’agissait, pour mieux nous éclairer, nous Sénégalais et même ceux de l’ancienne AOF, d’interroger le camp pour savoir si les tirailleurs massacrés en cette aube n’ont pas été enterrés incognito dans cet espace militaire.
 
Dans les faits, aucune recherche n’a été menée et l’autoroute à péage est bien devenue une réalité. Personnellement je n’ai jamais compris pourquoi la première responsable du projet de cette autoroute n’a pas tenu sa promesse mystère. De même, depuis lors, tous ceux qui avaient eu cette initiative d’aller vers elle n’ont pas, de manière conséquente, cherché à savoir le pourquoi de cette situation.
 
 
Certes, on peut se consoler en disant qu’il reste encore beaucoup de terre susceptible de livrer le secret sur ce massacre de Thiaroye. Cependant, s’il n’y a pas une volonté réelle de conjuguer tous les efforts et initiatives pour chercher la vérité de ce fait colonial du 1er décembre 1944, il va de soi que le silence colonial se perpétuera. Or, nous avons intérêt réel à connaître la vérité sur Thiaroye, tout comme sur d’autres faits similaires. Connaître pour mieux asseoir nos relations avec la France de façon solide et objective. L’histoire doit nous rappeler toutes les données positives comme négatives et ceci pour mieux nous armer dans le cadre de relations internationales dépourvues de tout ombrage.
 
 
 
Dakar, 28 novembre 2013
 
 
 
                                                                           Pr Cheikh Faty FAYE
Jeudi 28 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par jeditout le 28/11/2013 18:09
Un jour viendra, il faut garder l'espoir, on n' enterre pas l'histoire !

2.Posté par Cayorman le 28/11/2013 20:13
Je ne comprends pas le role de l'IFAN, des experts senegalais en histoire qui clament haut et fort leur expertise.

3.Posté par omar le 29/11/2013 07:14
c'etait odieux et lâche.

4.Posté par omar le 29/11/2013 07:16
c'etait un acte odieux et lâche.

5.Posté par omar le 29/11/2013 07:19
un acte odieux et lâche.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015