A QUI PROFITE CE DEBALLAGE MEDIATIQUE CONTRE LE RECTEUR DE L’UCAD ?


A QUI PROFITE CE DEBALLAGE  MEDIATIQUE CONTRE LE RECTEUR DE L’UCAD ?

Cette question mérite vraiment d’être posée car depuis l’accession du professeur Saliou NDIAYE à la tête de l’UCAD, des gens tapis dans l’ombre veulent toujours lui mettre des bâtons dans les roues.
Nul n’ignore qu’il y a certes des manquements dans la gestion universitaire car aucune œuvre humaine n’est parfaite. Mais exposer des audits dans la presse, de permettre à des journalistes d’en commenter (qui du reste font leur travail) mais ne maitrisant pas certaines rouages du fonctionnement de l’administration universitaire et cela peut induire parfois à des erreurs. Donc, il est bon en tant que chercheur et d’avoir bénéficié d’une expérience dans l’administration universitaire, je me dois d’apporter quelques analyses et éclaircissements.
Je me permettrais de ne pas trop entrain dans le fond des choses surtout en ce qui concerne l’aspect finance, mais certaines questions méritent d’être posées : « qui a » ou « qui ont » donné l’autorisation de faire cette publication dans la presse ? À quel but ? Et qui a intérêt ?
Ces audits, commandés par la Banque Mondiale ou l’Etat du Sénégal  avait un but bien déterminé à savoir faire l’état des lieux…. Si maintenant ces audits se trouvent entre les mains des médias, on se tenterait de connaitre qui a donné une telle instruction ?
Deux possibilités se dégagent :
  • Soit c’est au niveau de la Banque Mondiale ou bien,
  • Soit au niveau de la direction de l’enseignement supérieur
Une chose est sure, vu le professionnalisme et le sens de réserve qui caractérisent cette institution internationale, je reste persuadé qu’elle n’utilisera pas ces documents à d’autres fins.
Quant au ministère de l’enseignement supérieur, je pense jusqu’à preuve du contraire ; l’autorisation de divulguer ces infos dans la presse ne provient pas d’eux.
En tout état de cause, une chose est sûre ces documents sont tombés entre une main invisible ou visible d’un potentiel ou potentielle candidat ou candidate au poste de recteur de l’UCAD.
Comme nous l’avions dit au-dessus, la personne visée n’est rien personne d’autre que le recteur Saliou NDIAYE. Car la gestion de l’administration et des établissements qui la compose ou en dépendent sont assurées sous son autorité  suivant les dispositions arrêtées à l’initiative du gouvernement de la République du Sénégal.
  • Vu qu’il est nommé recteur depuis 2010 ; et que son premier mandat doit en principe prendre fin d’ici quelques mois. Pour rappel, le mandat du recteur ne dure que 3 ans et est susceptible de renouvellement.
Donc pour ces détracteurs, c’est un moyen de l’écarter pour qu’il ne tente pas de postuler pour un second mandat.
  • Vu aussi que les audits ont pris en compte la gestion de 2008, cela signifie que la gestion de l’ex-recteur le professeur Abdou Salam SALL est impliquée. C’est aussi une manière de l’écarter et de le faire taire. Car on a noté depuis un certain temps que l’ex-recteur fait des sorties médiatiques, s’exprime librement sur des questions liées à l’enseignement supérieur. Pour eux c’est  un potentiel candidat pour un retour à la tête de l’UCAD.
Dire que l’UCAD est un milieu intellectuel et de liberté est un euphémisme mais il est bon de faire savoir à l’opinion s’il y avait une « gestion nébuleuse » des ressources de l’UCAD, nous serons les premiers à la dénoncer et à faire face.
Pour  rappel, le recteur qui est un professeur titulaire est nommé par décret  présidentiel et est choisi parmi ces pairs.
Le professeur Saliou NDIAYE est un homme du sérail comme on dit dans le langage populaire. C’est un intellectuel hors paire qui a fait ses preuves à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines où il a gravi tous les échelons en passant par assistant jusqu’à devenir professeur titulaire.
Il a aussi eu à occuper les postes de chef de département d’histoire, assesseur et doyen avant de devenir recteur de l’UCAD. Un homme de cette dimension mérite des encouragements et félicitations. Nous disons qu’il est temps d’arrêter cette cabale contre le recteur Saliou NDIAYE et ses employés proches notamment Assane SALL de la Direction des Finances au rectorat qui ne veulent et ne font que travailler pour la bonne marche de l’institution universitaire.
Cette cabale a trop duré et constitue une indignation et si c’est cela qui fait avancer l’UCAD, le chemin est encore loin.
L’université doit avancer mais avec des gens qui ont de la décence et de la vision de la trempe du professeur Saliou NDIAYE qui a fait l’unanimité depuis son accession à la tête de l’UCAD : respecté par ses collègues universitaires, adulé par ses étudiants et écouté par son personnel.
Tenez bon Monsieur le recteur, les universitaires vous connaissent et ne laisseront jamais les détracteurs vous abattre !
 
                                                                            
Oumar TRAORE
Doctorant en droit privé à la FSJP de l’UCAD

 
Lundi 8 Juillet 2013
Dakaractu




1.Posté par ucad tjrs malade le 08/07/2013 14:59
Ce doctorant n'a pipe le plus petit sur la gestion financiere, il ne cherche qu'a connaitre d'ou vient la fuite du document. Mais le tong tong des finances de l'UCAD c'est vrai ou c'est faut c;est ca qu'on veut savoir et qui est responsable ? Si c;est avaire, cela prouve que nos ''intellos superieurs'', comme nos Ministres ou DG ya des tordus parmi eux.

2.Posté par peacedjoloff le 08/07/2013 19:36
belle propagande pour un universitaire, c'est une honte....

3.Posté par peacedjoloff le 08/07/2013 19:51
belle propagande, c'est indigne pour soit disant professeur d'universités,
quelle honte

4.Posté par Medoune Khoulé le 08/07/2013 20:12
Ce Oumar Traoré est tout simplement ce qu'on appelle un avocat du diable. Saliou Ndiaye n'a qu'à s'expliquer et il ne le fera jamais. C'est le champion des ripoux.

5.Posté par Beug macky le 09/07/2013 01:43
Ce doctorat me fait honte. A travers ce court texte, il a fait plus de dix fautes. Je comprends pourquoi nos étudiants sont devenus nuls. Ensuite, ce doctorant passe à coté de la plaque. Au lieu de nous dire si oui ou non il y a eu mauvaise gestion à l'ucad, il a comme seule préoccupation l'auteur de la fuite. Savoir qui a transmis les documents à la presse méritait-il qu'un quelqu'un prenne sa plume pour s'épancher comme l'a fait ce nulard de doctorant?

6.Posté par laye le 12/07/2013 14:15
saliou ndiaye fait correctement son travail .



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015