À 21 ans, il est candidat à la présidentielle de 2017 en France

Ismaël Boudjekada, 21 ans, est le plus jeune candidat déclaré à la présidentielle de 2017. Originaire du Doubs, il vit aujourd’hui en région parisienne. A 16 ans il crée son premier parti politique, et se présente à plusieurs élections. Il est également l’auteur de plusieurs essais politique, dont l’Audace d’y croire. S'il fait partie des candidats déclarés à l’élection présidentielle de 2017, il doit encore franchir le palier des 500 parrainages pour pouvoir se présenter au premier tour de l’élection.


Depuis quand êtes-vous entré en politique ?

J’ai commencé quand j’avais 15 ans. J’ai sorti un livre, je n’étais qu’un jeune qui voulait raconter sa vision de la société et démonter le double discours que je remarquais déjà chez nos responsables politiques. A la suite de la sortie du livre, j’ai été suivi par de plus en plus de personnes qui partageaient les mêmes idées que moi, et j’ai donc décidé de m’engager. J’ai eu de bons retours médiatiques, et cela a permis de me faire connaître des Franc-Comtois, puis avec les réseaux sociaux tout va très vite. Je me suis alors présenté à l’élection municipale de Besançon en 2014 (0,73%), puis aux élections européenne de 2014 (0,02%) et à la législative partielle du Doubs en 2015 (0,53%).

Quelles sont les trois idées fortes de votre programme ?

► L’instauration d’un revenu universel 

L’instauration d’un revenu universel, qui serait défini selon les régions, selon le coût de l’habillement, de la nourriture, et de l’hébergement. Par exemple, en Franche-Comté, ça ferait à peu près 1 000 euros. On donnerait alors 1 000 euros à tout le monde, travailleur ou non. Pour celui qui travaille et touche par exemple 1 200 euros à temps plein. On va donner 1000 euros à l’employeur, qui les retire de la paye versée au salarié. Ça ne change donc rien pour le salarié qui reste à 1 200 euros. Mais pour l’employeur, ça lui allège les charges puisqu’il verse un salaire moins élevé à son employé. En contrepartie de cet allègement de charges, les entreprises s’engageront aux côtés de l’Etat à augmenter de 600 à 800 euros nets tous les salaires de ces employés qui bénéficient de cette aide de l’Etat. Ce système est financé par une taxe sur les transactions financières à hauteur de 10%.

► La restructuration de la dette

On ne reconnaît que 20% de la dette. Je m’appuie sur le rapport de la cour des comptes de 2012, qui expliquait que le problème de la dette est structurel et pas conjoncturel. Ce qu’il faut faire c’est dire qu’on ne reconnaît que ce qui correspond à un emprunt réel et on repart sur des bases saines avec des taux d’intérêt raisonnables. Ce qui fait qu’on serait en capacité de rembourser ce qu’on a vraiment emprunté. On pourrait recevoir des sanctions des créanciers, mais personne ne prendrait le risque de perdre le marché français. A partir de là, ça nous permettrait d’oxygéner un peu notre économie. Rappelons que le remboursement des intérêts de la dette est le premier poste de dépense. Cela nous permettrait d’investir dans de nouveaux secteurs, comme l’éducation.

► Le vivre ensemble

Je pense qu’il faut réexpliquer la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, qui est l’objet de beaucoup d’hypocrisie. Il faut expliquer simplement ce qu’est la laïcité. En 1905 il n’y avait pas de notion juridique d’espace public, donc on ne pouvait pas leur demander aux croyants d’être au niveau vestimentaire. On expliquait aux Français que l’Etat serait neutre devant des religieux. Faisons donc preuve de pédagogie, expliquons l’essence de cette loi alors que certains aujourd’hui nous imposent une vision laïciste et liberticide de ce texte, qui promettait d’être rassembleur.

Elément essentiel de cette campagne présidentielle, l’immigration ? Que proposez-vous ?

Je propose un effacement semi-contractuel de la dette des pays africains. Il faut rappeler que la plupart de ces pays sont liés à l’Union européenne par des dettes colossales qui datent pour la majorité de la période coloniale. En échange de cet effacement, on demande que cet argent soit réinjecté dans le but d’atteindre des objectifs pour garantir la dignité de leurs concitoyens : par exemple la mise en place d’un système d’allocations familiales, une couverture médicale… Le problème de l’immigration n’en serait plus un parce que ces populations pourraient vivre dignement dans leur pays.

Il faut 500 parrainages pour être candidat à l’élection présidentielle. Où en êtes-vous ?

On a dépassé les 250 parrainages il y a trois mois. Nous sommes actuellement en négociations avec Paul Mumbach, président des maires ruraux d’Alsace, qui était également en campagne pour être candidat, et on est d’accord sur une grande majorité des points. Il pourrait apporter beaucoup de parrainages. Mais il faut rappeler qu’au-delà des 500 parrainages, il faut qu’ils soient issus de 30 départements différents. J’ai contacté différents artistes, comme le rappeur Kery James, pour lui proposer la création d’un comité de soutien artistique dont il serait le président. On doit se voir dans le sud de la France pour en parler. Si un accord est trouvé, avec sa notoriété, ça pourrait être le lancement de quelque chose de grand, notamment en vue des élections législatives.

*Ismael Boudjekada a été sanctionné le 19 novembre 2015 de trois ans d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel en 2015 pour ne pas avoir transmis ses comptes de campagne lors de l’élection législative partielle du Doubs. Sa requête a été rejetée. Lui évoque “une erreur de la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques”. Pour dénoncer son inéligibilité, il est brièvement monté au sommet d’une grue, début septembre, et a fait une grève de la faim. A la suite de la publication de sa sanction, il s’expliquait, sur ca page Facebook.


Depuis, le candidat à l'élection présidentielle explique que la commission a reconnu son erreur et lui aurait fourni les éléments permettant de se défendre. Il a contacté à Laurent Fabius (président du Conseil constitutionnel) qui aurait accepté de réétudier le dossier. Ismaël Boudjekada attend jusqu’au 31 octobre une réponse de sa part. Sans réponse de sa part, il demandera à ses sympathisants d’appeler et d’écrire un courrier à Laurent Fabius pour faire pression.
Mardi 25 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :