90 milliards de francs pour la présidence de la république en 2012 : Macky Sall parle de budget de campagne


90 milliards de francs pour la présidence de la république en 2012 : Macky Sall parle de budget de campagne
Selon le président de l’Alliance pour la République (Apr), Macky Sall, le budget 2012 du Sénégal voté cette semaine, plus particulièrement celui de la présidence de la République qui est estimé à quatre-vingt-dix (90) milliards de francs Cfa, n’est rien d’autre qu’un budget destiné à la campagne électorale. D’après lui, tout cet argent sera englouti par la prochaine campagne présidentielle.

‘Le gouvernement, au lieu de faire une cure d’amaigrissement, s’adonne au gaspillage de nos maigres ressources, avec la présidence de la République qui engloutit à elle seule plus de 90 milliards de francs Cfa pour la seule année 2012. Sans compter les niches de gaspillage cachées dans le budget qui, en réalité, vont servir à financer leur campagne électorale’, déclare le candidat Macky Sall. L’ancien Premier ministre, qui recevait une partie de l’aile dissidente du Mac du musicien Demba Dia, qui a décidé de le soutenir lors de la présidentielle de février 2012, s’insurge aussi contre ‘l’insouciance’ qui caractérise, selon lui, le gouvernement sénégalais.
Le maire de Fatick s’insurge également contre la politique de ‘gaspillage innommable’ des biens publics, au moment où les plus grandes puissances économiques sont au régime sec pour sauver leur économie nationale, dit-il. ‘Nous avons vu le projet de budget 2012 du gouvernement français. En toute responsabilité, le président français a engagé une cure d’amaigrissement pour éviter le chaos qu’ont connu la Grèce et l’Italie. Tous les pays du G8 ont compris que le gaspillage ne peut qu’entraîner leur économie dans le chaos, tout le contraire du gouvernement du Sénégal’, poursuit le président de l’Apr, qui considère qu’il est temps d’agir pour abréger la souffrance des Sénégalais et pour mettre en terme à la gabegie des ressources nationales.

‘Parce que, si nous n’agissons pas nous serons des complices devant le malheur des Sénégalais. Aujourd’hui, les chefs de famille connaissent des difficultés. Il n’y a plus de panier de la ménagère. Nous avons l’obligation d’agir pour notre pays, pour mettre en terme à l’injustice sociale’, poursuit Macky Sall, indiquant que le Sénégal est un pays de contraste. ‘Au moment où les gens n’arrivent pas à assurer le minimum pour vivre, au moment où les agriculteurs sont abandonnés à eux-mêmes, malgré cette Goana - la seule Goana que je connaisse d’ailleurs, c’est celle du chanteur Salam Diallo - le pouvoir dilapide nos ressources’, conclut-il.

Charles Gaïky DIENE

( WALF )
Mardi 15 Novembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016