20ème anniversaire de l'Institut African pour les Élections et le Renforcement de la Démocratie en Afrique : Aminata Touré vend le modèle sénégalais en Afrique du Sud


20ème anniversaire de l'Institut African pour les Élections et le Renforcement de la Démocratie en Afrique : Aminata Touré vend le modèle sénégalais en Afrique du Sud
 l'Institut African pour les Élections et le Renforcement de la Démocratie en Afrique-EISA vient de fêter à Johannesburg ses vingt années d'existence par un symposium international présidé par le vice-président de l'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa en présence de Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria, Cassam Uteem, ancien président de l'Ile Maurice,  Aminata Touré ancien premier ministre du Sénégal, de parlementaires africains, de représentants d'ONG Internationales et de nombreux militants des droits politiques.  Dans le panel d'ouverture, Aminata Touré a indiqué qu'au Sénégal, la vigueur de la démocratie sénégalaise peut être mesurée par les alternatives politiques successives qu'a connu le pays:  le premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor démissionna en 1981 au profit du deuxième président Abdou Diouf qui quittera le pouvoir en 2000 suite à sa défaite électorale au profit du troisième président Abdoulaye Wade qui lui même sera battu en 2012 par le quatrième président du Sénégal en exercice Macky Sall qui suite au référendum de mars dernier fixa définitivement dans la constitution le quinquennat présidentiel renouvelable une seule fois. Selon Mimi Touré, les acquis  démocratiques du Sénégal sont le fruit du combat de plusieurs générations de militants qui a abouti à la fin des années 90 à un consensus fort des acteurs politiques pour la transparence progressive des élections notamment pour ce qui concerne le code électoral, le fichier des électeurs, l'identification des l'électeurs durant le vote, le contrôle et le recensement du vote par les partis politiques. L'ancien premier ministre a souligné le rôle central que joue l'administration publique sénégalaise qui est devenue au fil du temps un acteur neutre et équidistant de tous les acteurs politiques. Mimi Touré a également  mis l'accent sur le rôle de  conscientisation, de veille et d'alerte qu'a joué la presse sénégalaise. Néanmoins, a-t-elle rajouté, il faut continuer à renforcer les acquis notamment en relevant le défi de la participation aux  élections afin que le maximum de citoyens et les jeunes en particulier puissent déterminer en toute connaissance de cause leurs choix politiques. En conclusion, Aminata Touré a fait remarquer qu'en Afrique, les élections libres et transparentes sont une condition nécessaire pour l'enracinement de la démocratie, mais ne constitue point une condition suffisante, la démocratie économique étant tout aussi importante afin que les jeunes africains continuent à croire à un système politique capable de leur assurer une vie meilleure. Selon elle, la démocratie politique et l'émancipation économique sont les meilleures armes contre l'extrémisme et l'instabilité en Afrique.


Lundi 24 Octobre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :