136 ème APPEL DE SEYDINA LIMAMOU LAYE : HISTORIQUE ET PROGRAMME DE L'APPEL

Les 8 et 9 mai, la ville de Dakar va vibrer aux sons du Adjibo daya lahi que le saint homme avait prononcé un matin de 1883, après avoir demandé à la mer de reculer pour que lui, Limamou, fils de Mame Coumba N'doye commence sa noble mission...


136 ème APPEL DE SEYDINA LIMAMOU LAYE : HISTORIQUE ET PROGRAMME DE L'APPEL
Pour rappel, l'anniversaire de l'Appel de Seydina Limamou a été célébré la première fois en 1981 par le troisième et rigoureux khalife, Baye Seydi Thiaw. Comment est née l'histoire de l'Appel?
Un jour de septembre 1883, Limamou  se rendant aux champs au lieu-dit Khamsan accompagné par Daouda N'doye,  lui dit : « Ô toi, fils de mon oncle, j’ai vu hier au cours de mon sommeil la mort d’une femme? une sainte qui est du nombre des saints de Dieu. Je suis ébloui par la grandeur de l’oeuvre de Dieu en elle. » Trois jours après, Mame Coumba N'doye,  mère de Limamou mourut, un mercredi 27 du mois lunaire NDéyou Kôr (Rajab, en arabe). Après les funérailles, faites le même jour, le Saint Maître Limamou Laye s’imposa un isolement, s’abstenant de manger et de boire, et ne parlant à personne, à tel point que ses parents lui adressèrent des reproches : « comment un homme aussi croyant que toi, aussi soumis à Dieu que toi, peut-il abandonner toute nourriture à cause de la mort de sa mère ? » Il ne répondit pas et resta silencieux trois jours : jeudi, vendredi et samedi.  Au terme de ces trois jours,  le dimanche, il dit être l'envoyé de Dieu, disant : Adjibo dahiya laye ya marsaral ins wal djin ini raasouloulahi ileykoum (« Venez à l'appel de Dieu vous, hommes et djinns, je suis l'envoyé de Dieu. L'arabe blanc s'est noirci ! »)
Seydina Limamoulaye dira qu'il est la réincarnation de Mohamed. Les gens le crurent d'abord fou, mettant son comportement sur le compte d'un envoûtement ou du chagrin causé par la mort de sa mère. Son oncle fut même chassé de la grand-place du village par ses amis qui lui diront : « Va soigner ton gentil neveu qui est devenu fou ! »
Au fil des années cependant, des érudits musulmans tels qu'Ababacar M'baye Sylla (à l'époque premier juge de Dakar), Abdoulaye Diallo ou Ndiké Wade (grands érudits venant de Saint-Louis) affluent à travers le Sénégal pour répondre à son appel.
Et il leur dira : « Le maître des temps présents [Sayda haza zamâni] est venu. Entre lui et les savants il y a des divergences et ceux-ci l'ont rejeté. » Ces phrases, bon nombre de chefs religieux et coutumiers ne les ont pas acceptées et ont commencé à le mettre en mal avec les colons de l'époque. Les colons qui commencaient à craindre son influence, voulurent le déporter loin du pays, plus précisément au Gabon, mais sans succès. Ainsi,  son serviteur Abdoulaye Diallo sera emprisonné à Gorée. Seydina Limamoulaye demeura trois mois à Gorée à cause de son disciple Abdoulaye Diallo qui avait été emprisonné à sa place, car les colons n'avaient pas pu l'enfermer.
À son retour, Seydina Limamou Laye continua à enseigner et à prêcher la droiture et un culte religieux « propre et sincère », débarrassé des traditions qu'il jugeait non conformes à l'islam.
Avant sa disparition en 1909, âgé de 66 ans, il laissa un livre, divisé en six parties et connu sous le nom de « Sermon », qu'il demanda à ses serviteurs de transmettre. Illettré, comme le prophète Mohamed, il ne l'avait pas écrit lui-même mais dicté en wolof à ses disciples, notamment Matar Lo, qui se sont chargés de le traduire et de l'écrire en arabe.
Après sa disparition, son fils Seydina Issa Rohoulaye qui avait 33 ans, comme prédit par les livres sur la venue de INSA, lui succéda et continua ce que son père avait commencé. 
On ne connaît aucune photo ou représentation figurée de Seydina Limamoulaye, malgré les multiples essais des colons à l'immortaliser, Il disait : « Si vous me prenez en photo et que ma figure apparaisse, laissez-moi et sachez que je ne suis pas le prophète! » De Seydina Issa Laye, il reste des photos sur lesquelles il est toujours vêtu en noir et blanc, ce qui fait que beaucoup de non layènes confondent Seydina Issa avec son père qui n'a jamais pu être  photographié.
Depuis 1981, il y a un rituel à chaque édition de l'Appel. C'est ainsi que le village de Cambérène, fief de Mame Seydina Issa , va accueillir les fidèles venus de partout pour écouter les enseignements de Seydina Limamou déclinés par l'actuel porte-parole de la communauté, Mamadou Lamine Laye. Mamadou Lamine va, cette année, insister sur la pertinence des enseignements du Mahdi à la lumière des événements qui secouent le monde.
Après Cambérène le matin, la grotte de N'gor va recevoir les fidèles dans une procession maculée de blancheur pour écouter Mame Libasse Laye qui va rappeler les préceptes de l'Appel et les devoirs spirituels de tout un chacun.
Le deuxième jour de l'Appel est en réalité le vrai jour symbolique avec le " Yor Yorou Diamalaye " qui se tient toujours le matin à 10h, à la même heure et au même endroit où Seydina Limamou avait prononcé son fameux Appel, une matinée de 1883.
Il reviendra à Imam Makhtar Laye d'entretenir une causerie sur les sermons de Seydina Limamou. La cérémonie officielle dirigée par le fils aîné de l'actuel khalife, Seydina Laye, mettra fin aux festivités du 136 ème anniversaire de l'Appel de Seydina Limamou Laye...
 
Samedi 7 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :